www.tek4life.eu

Tek4Life conçoit et organise

 

Les forums

 

 

 

 

L'événement

 

 

Des événementS sur
la comptabilité écologique

BOULIER6TGF

 

C'est extra, c'est extra, c'est extra...

FerréNous vivons sur les ruines du futur. Pour Olivier Passet, directeur de recherche chez Xerfi, qui abordait ce sujet le 7 décembre sur la chaine Xerfi Canal, les taux d’intérêt sont l’expression de notre relation au temps. Effondrés, ces derniers traduisent la recherche de profitabilité et un repli sur le passé. Les entreprises actionnent le levier de l’endettement en alimentant un jeu d’enchère sur le capital existant, tandis que « les Etats ne s’attachent qu’à maintenir en état de survie artificielle l’économie du passé, loupant l’occasion de mettre sur les rails, à taux zéro, la transition écologique ».
 
Pas une once de confiance en l’avenir dans les comportements des acteurs économiques… Les seules envolées des marchés sont des bulles générées par des « promesses » : Le 9 novembre, l’annonce d’un résultat positif du vaccin Pfizer contre la Covid a fait flamber les cours ! On attendrait du PDG Albert Bourla qu’il manifeste son soutien à cet enthousiasme : à l’inverse, il a alors vendu pour 5,6 millions de dollars d’actions de son laboratoire… Le cours de la Bourse n’a rien à voir avec la vraie vie !
 
 
Cette économie malade, intempestive et rivée sur le présent et les transactions financières, ne permet aucunement de nourrir l’avenir. Et la Génération Z le sent parfaitement, cette jeunesse - présentée dans le numero de décembre de l’ADN - qui veut faire sécession. Pas question de contribuer à ce jeu de dupes et de se coltiner des « bullshit jobs » : « Nous, on ne veut pas déglinguer encore davantage la planète ; alors pour bosser on met des conditions. » Il fallait entendre Didier Holleaux, directeur adjoint d’Engie, se faire « charcuter » par trois jeunes diplômés sur tous les axes clés de la transition (hydrogène vert et stockage, comptabilité carbone, empreinte biodversité, recyclabilité des pales d’éoliennes…) lors du webinaire en ligne organisé le 1er décembre par l’Ecole de Paris du management. Les jeunes demandent des comptes ! Ils craignent les entourloupes, le greenwashing, les jeux d’illusionnistes… « Est-il encore possible de travailler à la transition écologique quand on travaille chez Engie », interroge ainsi Marie-Aimé Ferté, issue de l’Université Paris Dauphine-PSL et membre du Réveil écologique. Et Michel Berry, directeur de l’Ecole de Paris du Management, de conclure : « La vertu peut-elle être récompensée dans les trajectoires de transition » qui impliquent une préférence pour la soutenabilité ?
 
Quel arbitrage concerté pour les acteurs avides de biomasses ?
 
Le monde - sevré des ressources fossiles - à inventer est forcément plus diversifié car plus dépendant des situations locales. Si l’on multiplie les solutions énergétiques, il s’agit aussi de les adapter aux spécificités territoriales. Si Total réaménage sa raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) en bioraffinerie, c’est seulement en ayant sécurisé des approvisionnements en biomasses adaptées ! Mais après quel dialogue multiacteurs ? Car les attentes qui pèsent sur les ressources végétales sont immenses : elles sont censées désormais répondre aux demandes des chimistes pour produire des matières biosourcées, des méthaniseurs pour faire de l’énergie, des avionneurs pour faire des biocarburants, des agriculteurs qui tiennent à un minimum de retour au sol de la matière organique…
 
Cette compétition d’usage a été au cœur des cinq webinaires réalisés début décembre par Entreprises pour l’environnement (EpE) : La ruée vers l’or vert. Il s’agit de ménager à la fois la production alimentaire, le retour d’une part organique aux sols, mais aussi la production d’énergie ou de fibres... « Où sont les enceintes où vont se passer les arbitrages », a demandé Bernard Chevassus-au-Louis, président d’Humanité et Biodiversité. Philippe Mangin, président d’In Vivo lui a emboîté le pas : «  Si nous n’instaurons pas une gouvernance efficace, rigoureuse, nous allons avoir une ruée en forme de foire d’empoigne. Dans la Région Grand Est, c’était l’anarchie dans la méthanisation et nous avons co-construit une charte pour sécuriser les approvisionnements et pour prévoir un plan d’épandage maîtrisé », explique celui qui est aussi vice-président de la Région Grand-Est. Ainsi faudra-t-il multiplier les concertations pour passer à une économie biosourcée. « L’enjeu est bien plus complexe qu’un changement de ressources », soulignent les auteurs du rapport de prospective interdisciplinaire Bioéconomie publié en septembre 2020 en réponse au Pacte Vert pour l’Europe. Les tensions physiques et écologiques de la production et de la disponibilité réelle de la biomasse « vont radicalement changer toutes les interactions entre les acteurs économiques. Et cela ne pourra s’opérer que si les solutions apportées sont plus compétitives. »
 
Quand le prix du marché cache le vrai prix de production
 
Le mot est lâché. Filières incapables de faire mieux que les fossiles s’abstenir ! C’est pourquoi on a assisté à une hécatombe d’initiatives dans les années 2000. Car produire du gaz par méthanisation revient quatre à cinq fois plus cher que l’extraction du gaz naturel. Et les avionneurs comme Safran annoncent la couleur : « Comment acheter des biocarburants qui coûtent trois fois plus chers que le kérosène classique ? », interroge Stéphane Cueille, directeur groupe R&T et innovation chez Safran.
 
Le prix des alternatives à des productions d’origine non fossile est donc une des clés de la transition. Mais compare-t-on les bons chiffres dans ce jeu de concurrence ? Comment peut-on raisonnablement traiter cette question sans aborder la question des externalités. Négatives comme positives ! Les dégâts des industries fossiles sont considérables et il faudrait les passer sous silence… et on ne considèrerait pas les atouts de méthodes biosourcées dont les empreintes carbone et écosystémiques sont souvent moindres ?!
Le vrai prix ! Tel est le cœur du débat à mener aujourd’hui pour rendre possible les transitions. Intégrer les coûts de préservation et seulement après, comparer les filières ! Et cela concerne jusqu’au débat sur la gestion des plastiques, auquel TEK4life prend part en publiant son rapport « Vers des plastiques écocompatibles ? », les résumés  de deux webinaires consacrés à ce sujet et en lançant une Alliance Plastiques écocompatibles. Nous nous devons de boucler les boucles en diversifiant et donc en inventant des solutions inédites. Sans doute des matières compostables peuvent-elles répondre à des usages agricoles, en pépinières, pour la pêche… et pourraient-elles rejoindre, à quelques aménagements près, la filière de valorisation des biodéchets qui sera obligatoire fin décembre 2023….
 
C’est extra-financier, et ça compte de moins en moins pour du beurre
 
La mise à plat des coûts environnementaux de production est au centre des débats européens sur la révision de la directive sur le reporting extrafinancier (NFRD). Bercy a d’ailleurs organisé de passionnants échanges le 8 décembre (« Une nouvelle norme pour un nouveau capitalisme ») qui témoignent de l’urgence de rendre compte des incidences écologiques de nos activités pour « rester en avant du combat climatique », selon les termes d’Olivia Grégoire, Secrétaire d’Etat chargée de l’économie sociale, solidaire et responsable. « Il y a un risque énorme de greenwashing qui peut contaminer tout le système, estime Steven Maijoor, président de l’Autorité européenne des marchés financiers. L’avenir du reporting dépend de la coopération internationale pour élaborer des normes concentrées sur l’intérêt du public. »
 
Le sujet devient vital comme le pressent l’OCDE qui organisait fin novembre divers échanges sur le thème « Securing Natural Capital ». Carl Obst, directeur de l'Institute for the Development of Environmental-Economic Accounting (IDEEA), souligne le besoin d'intégration pour guider les politiques publiques. «  La difficulté est de reconnaitre que nous ne traitons pas ici de questions techniques mais plutôt de questions politiques. La matière comptable est d'abord une problématisation politique. C'est à partir de là que nous pouvons bâtir nos systèmes d'information. »Paul Ekins, de la Green Growth Knowledge Platform (GGKP), confirme que c’est la vision politique qui permet de structurer les informations pertinentes en matière comptable : « Nous devons trouver un langage commun, nous rassembler dans une même représentation des faits. Participer à un changement de mentalité. Intégrer les informations financières et non financières pour agir efficacement. »
 
Ainsi la transformation comptable au cœur de l'action de TEK4life peut rendre possible la bascule. L’Alliance ComptaRegeneration poursuivra ses chantiers en 2021 avec l’adhésion de deux nouveaux membres : Mirova et le cabinet RSM. Tous les leviers sont bons pour accélérer : celui d’Utopies qui propose un « score de résilience » est aussi excellent. Ce dernier invite à s’engager dans une « résilience productive » qui prône plus d’agilité, de modularité, d’hybridation, de mobilité… Aux côtés d’Utopies, d’ENGAGE, partenaire des Germinations (et de beaucoup d’autres), TEK4life fait partie des 1 000 organisations repérées par Shiftyourjob du Shift Project comme acteurs de la transition carbone. Une ouverture pour montrer aux jeunes générations qu’il y a désormais d’innombrables lieux où travailler pour un monde soutenable et solidaire.
 
Que les fêtes de cette fin d'année très particulière soient l’occasion pour vous de montrer ce à quoi vous tenez !